Quatre leviers pour réussir la mise en œuvre du plan Guinée-Bissau Sol Na Iardi 

L’expérience des processus de changement et le contexte spécifique de la Guinée-Bissau mettent en lumière quatre (4) leviers qui seront critiques pour la réussite de la mise en œuvre du Plan Guinée-Bissau Sol Na Iardi.

Levier 1 : la volonté politique et l’exemplarité

Le leadership de la Guinée-Bissau devra désormais, en permanence, être le garant de la vision Guinée-Bissau 2025 et montrer l’exemple : La transformation d’un pays constitue un processus long et difficile. A plusieurs reprises, de nouvelles initiatives émaneront de sources diverses mais ne colleront pas avec les priorités arrêtées dans le cadre de la vision 2025. Ce sera aux Autorités, quel que soit l’attrait de ces nouvelles initiatives, de rappeler le cap, de garder la route tracée et de faire en sorte que toutes les ressources soient entièrement mobilisées à la mise en œuvre du plan opérationnel 2015-2020. Mais les arbitrages requis ne seront pas seulement techniques. Le leadership devra veiller au choix des responsables sur la base des compétences, à l’évaluation objective des performances, aux sanctions positives ou négatives lorsque justifiées, quelles que soient les personnes concernées, bref à des arbitrages en permanence guidés par le souci du bien commun. La transformation de la Guinée-Bissau sera avant tout une question d’attitudes, de valeurs, de comportements des Bissau-guinéens, et ces comportements seront à l’aune de ceux de leurs dirigeants.

Levier 2 : l’alignement intégral de l’action publique à la stratégie Guinée-Bissau 2025

Pour une bonne mise en œuvre, la stratégie Guinée-Bissau 2025 doit être déclinée sur tous les maillons de la chaîne d’intervention publique. En effet, la mise en œuvre de l’action publique constitue une longue chaîne, du niveau central au niveau local en passant par plusieurs échelons intermédiaires. Chaque maillon de cette chaîne a un rôle dans la mise en œuvre du plan et contribue à la réussite globale de sa mise en œuvre. Pour cela, les objectifs stratégiques du plan doivent être déclinés à tous les niveaux, et doivent orienter l’élaboration pour chacun de son plan d’action. L’action gouvernementale représente le premier niveau de déclinaison. Le Plan Opérationnel 2015-2020 doit se traduire dans un Plan d’Actions Gouvernemental annuel, lui-même décliné en Plans d’Actions Ministériel, et dans le budget. L’agenda des Conseils des Ministres et des Conseils interministériels sera principalement structuré autour de la mise en œuvre de ces plans. De la même manière, à tous les niveaux des administrations centrales et locales, cette culture de plan d’actions annuel doit se généraliser, avec la conscience pour chacun d’apporter sa part à la construction de la maison Guinée-Bissau Sol Na Iardi. En cela, l’implication et la mobilisation de tous autour de cette nouvelle vision sont fondamentales.

Levier 3 : La responsabilisation et la redevabilité à tous les niveaux

Les acteurs à chaque niveau devront être pleinement responsabilisés et rendre compte, dans le cadre de contrats de performance. Les agents publics ne doivent pas être les simples maillons d’une chaîne, dans laquelle tous interviennent, mais où seuls quelques-uns assument réellement les responsabilités. Chaque agent devra être pleinement responsabilisé, dans le cadre des missions qui lui sont confiées. La réussite du plan suppose donc son appropriation par toutes les composantes de la nation et une culture du résultat. Pour cela, les contrats de performance devront être généralisés, marquant l’engagement de chacun à atteindre ses objectifs. En retour, l’administration, dans le cadre du programme de renforcement des capacités, doit donner l’opportunité à chacun de se former et d’être plus performant. Au sein de l’administration centrale, les agents responsables des 64 programmes auront un rôle particulièrement critique. Parce que c’est à ce maillon essentiel de la chaîne que la stratégie devra réellement s’imprimer, ils devront développer des capacités à la fois de leadership et d’action et être de véritables agents de changement.

Levier 4 : un pilotage par les résultats

Un bureau de suivi du plan appuiera le Premier Ministre dans la mise en place d’un dispositif rigoureux d’animation, de pilotage et de suivi-évaluation du plan. L’élaboration de plans d’actions alignés à la stratégie et la responsabilisation des agents publics à tous les niveaux ne seront pas suffisants, s’ils ne s’accompagnent pas d’un pilotage par les résultats. Celui-ci permettra de mettre l’administration bissau-guinéenne “sous-tension” et d’évaluer les performances sur des bases objectives. Un bureau de suivi du plan stratégique, rattaché au Premier Ministre, permettra de disposer des outils requis. Il mettra en place le tableau de bord du Plan Guinée-Bissau Sol Na Iardi, avec une plate-forme de suivi informatisée qui permettra de suivre quasiment à temps réel l’état d’avancement des différents projets du plan, avec une vue agrégée sur chacun des 64 programmes, 26 domaines d’actions et 6 axes). La plate-forme sera également un outil d’évaluation de l’impact de la mise en œuvre globale du plan. Ce tableau de bord sera accessible à tous les agents publics à travers un site internet, en tenant compte des domaines et niveaux de responsabilité. Le bureau publiera par ailleurs tous les ans un bilan de la mise en œuvre du Plan 2015-2020.